Une solution honorable
21 avril 2012
Dans le dossier de la grève des étudiants, le temps d'un compromis est arrivé. Pour y parvenir, chaque partie doit mettre de l'eau dans son vin et laisser à l'autre une porte de sortie honorable. Cela doit être fait rapidement, ce qui veut dire que la solution doit être simple, toute complexité amenant des délais inutiles.

La solution simple que je propose est la suivante. Le gouvernement accepterait de répartir la hausse prévue sur six ans, au lieu de cinq, et celle de la première année serait coupée de moitié. Le manque à gagner des universités serait compensé par une augmentation équivalente du financement public. Les modifications annoncées au régime de prêts et bourses seraient mises en place. L'opportunité d'établir une commission de surveillance des finances universitaires ferait l'objet de discussions ultérieures.

Ce compromis aurait l'avantage de laisser à l'électorat la décision finale de ce dossier, étant donné que le PQ s’est engagé à annuler la hausse et la CAQ à la maintenir. D’ici l'an prochain, les électeurs se seront sans doute prononcés : ce qui devrait rendre le compromis acceptable aux étudiants. Ceux-ci, en effet, ont déjà fait un gain majeur : celui de faire des droits de scolarité, voire même de la gratuité scolaire, un enjeu public important grâce auquel ils peuvent maintenant espérer obtenir une victoire complète à la suite des prochaines élections.

En somme, pour le gouvernement, un réaménagement raisonnable de sa politique; et pour les étudiants, une victoire partielle préparant une victoire complète. Un compromis honorable.

Il faut faire vite pour éviter que la situation ne se dégrade davantage. Je crois qu'en partant d'une suggestion simple comme celle que je propose, on pourrait rapidement en venir à une entente.

Inscrivez-vous pour réagir à ce texte!
nom d'utilisateur: mot de passe:
Cliquez ici pour vous inscrire sur le site

Claude Therrien, 59 ans, St-Lin-Laurentides
Date: 2012-04-21 à 21:29

Condamner ou non la violence, condition obligatoire pour le gouvernement. Comment régler ça si les étudiants demeurent sur leur position ?

Monique Asselin, 60 ans, Sainte-Th?©r?®se
Date: 2012-04-22 à 1:15

Monsieur Bernard,
je suis en complet désaccord avec votre proposition qui ne consiste qu'à mettre un peu d'eau dans le vin. Le vin trop corsé d'une hausse à un taux usuraire, par les temps qui courent. Et qui ne sert qu'à corriger des années de laxisme de la part des gouvernements. Je suis pour une hausse qui soit indexée au coût de la vie tout simplement. Les étudiants ont proposé plusieurs avenues pour combler les besoins estimés par le gouvernement. Que celui-ci agisse de façon responsable, enfin, en négociant avec les jeunes sur le sujet de la hausse.

Gilles Verrier, 55 ans, Gatineau
Date: 2012-04-23 à 2:02

Monsieur Bernard,

Votre proposition est toute de compromis et aucunement de principe. Que cherchez-vous à obtenir, vous qui êtes à la retraite, d'une telle solution qui ne peut satisafaire personne ?

Le Québec peut se distinguer du reste du Canada et de l'Amérique en matière de frais de scolarité et ce ne serait pas la fin du monde ! C'est quoi le problème ? Avez-vous peur de dire que le Québec peut agir avec indépendance ? Les frais de scolarité sont peu de choses par rapport aux aventures en immobilisations et en projets extra muros, souvent pharaoniques conçus par des recteurs plus intéressés à la terre et au béton qu'à l'éducation proprement dite. Pourquoi éluder cette question ? Les pertes encourus par l,aventurisme de ceux qui ne risquent rien de leur propre argent auraient suffies à combler les hausses de frais de scolarité pour un certain temps, je ne l'ai pas calculé, mais je le suspecte. Monsieur Bernard, avons-nous besoin de votre sagesse pour mettre au point un compromis destiné à prolonger le statu quo ? N'avez-vous pas autre chose à nous dire du haut de votre expérience et de votre expérience acquise ?

GV


Donnons la parole aux membres
18 juin 2014

L'avenir du Parti Québécois
11 avril 2014

M. Drainville, visez juste !
17 novembre 2012

Le Canada en état de profonde transformation
03 juillet 2012

Une solution honorable
21 avril 2012

Le jour où le Canada s'est fractionné
12 avril 2012

Décès de Maryse Melançon-Bernard
19 mars 2012

Une quasi-gratuité à préserver
06 mars 2012

La question nationale reste au coeur du débat politique
20 février 2012

Démocratie à la canadienne
24 mai 2011

La mort subite
03 mai 2011

L'illusion du changement
28 avril 2011

Pourquoi pas une carte électorale permanente ?
17 mars 2011

D'abord, un Québec français!
09 février 2011

Des passerelles dangereuses
10 septembre 2010

Parlons de l'essentiel
26 juillet 2010

La laïcité de l'État et croyances religieuses
21 mars 2010

L'importance du « soi collectif »
14 février 2010

À la défense de Kahnawake
07 février 2010

Une souveraineté bien réelle !
08 juillet 2009

L'indépendance est une fin en soi !
06 juin 2009

La résurgence du politique
08 mai 2009

Quand la fin justifie les moyens
15 janvier 2009

Mes meilleurs voeux!
24 décembre 2008

Quelle sera la « prochaine marche » ?
10 décembre 2008

Des élections drôlement utiles !
09 décembre 2008

La prérogative royale, qu'en est-il?
01 décembre 2008

Hommage à monsieur Jacques Parizeau
18 octobre 2008

Un nouveau mur de Berlin qui s'écroule
01 octobre 2008

La vraie leçon du Kosovo
06 mars 2008

Les gestes de souveraineté, rien de nouveau!
17 janvier 2008

Mémoire de monsieur Louis Bernard
26 novembre 2007

Le danger de faire comme si...
26 novembre 2007

Pourquoi le Québec libre?
21 août 2007

L'état de la nation
21 juin 2007

Un repositionnement électoralement rentable
16 avril 2007

Le pays à bâtir
06 avril 2007

Pour un PQ souverainiste
02 avril 2007

Il n'y a pas de quoi fêter
14 février 2007

Plaidoyer pour une commission d'enquête
06 février 2007

Voilà qui nous sommes !
27 décembre 2006

Mais oui, la Terre est ronde !
01 novembre 2006

Nous voudrons parler pour nous-mêmes
14 septembre 2006

La douleur d'être sans voix
21 août 2006

Les raisons d'un dialogue de sourds
06 juillet 2006

C'est le temps d'un examen de conscience et d'une action commune
29 juin 2006

Pour que ça marche vraiment !
17 mai 2006

L'Indépendance et la Révolution Tranquille
04 mai 2006

Pour éviter la mauvaise gestion et favoriser la bonne
09 février 2006

De 1984 à 2006, quelle différence!
25 janvier 2006

La vraie nature du déséquilibre fiscal
03 janvier 2006

DLMMJVS




(archives)
X