L'indépendance est une fin en soi !
06 juin 2009
Texte d'une intervention faite lors du Colloque organisé par les IPSO (Les Intellectuels pour la Souveraineté) tenu à Montréal, le 6 juin 2009, sur le thème suivant :« Construire une majorité exige que la souveraineté soit rendue concrète par un projet de pays. Mais lequel? »

Le thème du colloque de ce matin reflète une façon de promouvoir la souveraineté qui a été mise de l'avant dans les cercles souverainistes depuis, au moins, une trentaine d’années. Pour mieux faire comprendre les avantages qu'il y aurait à ce que le Québec devienne indépendant, on s'est efforcé d'incarner la souveraineté dans un projet de société auquel une majorité de Québécois pourraient s'identifier. Quoi de mieux, en effet, pour rendre l'indépendance désirable, que de lui donner les traits concrets d'une société concrète, définie aussi précisément que possible afin que tous puissent la visualiser, si possible dans ses moindres détails? Et à chaque fois que l'occasion se présentait, on en a profité pour faire valoir que la souveraineté, si nous l'avions, nous permettrait de mieux régler tel ou tel problème ou d’atteindre tel ou tel objectif.

Cette approche a certainement ses mérites, et je l'ai employé moi-même à plusieurs occasions. Mais avec le temps et après réflexion, j'en suis venu à la conclusion qu'il y avait une autre approche, une approche différente qui était au moins aussi valable. Cette approche est celle qui prédominait aux premiers temps du mouvement indépendantiste et du PQ d'avant la prise du pouvoir. C'est l'approche que j’appellerais celle de la souveraineté pour la souveraineté. De l'indépendance pour l'indépendance.

Mais voyons!, me dira-t-on, l'indépendance, ce n'est pas une fin en soi, c'est un moyen : on ne cherche pas l'indépendance pour l'indépendance ! Mais si ! On peut rechercher l'indépendance pour l'indépendance, comme on recherche la liberté pour la liberté. Être libre, être indépendant, pouvoir se gouverner soi-même, être maitre de ses décisions, c'est une fin en soi. C’est même la première fin qu'il faut rechercher quand on veut se bâtir un pays ou une vie à soi.

Chacun a ses raisons pour être souverainiste. Pour moi, c'est la conviction que le Québec mérite d'exister comme un pays égal aux autres, comme un membre à part entière de la société des nations. L'indépendance, pour moi, c’est d'abord une proclamation officielle sur la scène internationale de l'existence de notre nation. C'est dire au monde entier que nous prenons notre place sur la planète et que nous assumons tous les pouvoirs et les devoirs d'un pays souverain. Et, dans notre cas particulier, c'est dire au Canada que nous récupérons tous les pouvoirs qu'il exerce actuellement sur notre société et tous les impôts qu'il perçoit chez nous.

Pourquoi le Québec doit-il être souverain ? Tout simplement parce qu'il le mérite et qu’il le peut. Parce qu'il est une société qui, avec le temps, a su développer son caractère distinct des autres. Une société qui est maintenant capable de se subvenir à elle-même, de développer ses propres modèles sociaux, de contribuer à sa manière à l'avancement du genre humain. Une société qui a duré, qui a su traverser de nombreuses épreuves et survivre à des tentatives avouées de l'assimiler et de la faire disparaitre. Une société qui participe activement à l'une des grandes cultures de l'Occident et est un membre majeur de la Francophonie mondiale.

Le Québec doit également devenir souverain parce qu'il ne l'est pas et qu'il a besoin de l'être. Tant qu'il reste soumis à la constitution canadienne actuelle, le Québec ne peut pas devenir un pays français, mais restera toujours un pays bilingue; il ne pourra jamais contrôler complètement son immigration; il ne pourra pas conserver tous ses impôts; il n'aura aucun contrôle sur son droit criminel; ni sur ses télécommunications, sa radio et sa télévision; ni sur ses banques et la plupart de ses principales institutions financières; ni sur ses pêcheries; ni sur ses chemins de fer et ses transports aériens et maritimes; ni sur sa navigation; ni sur ses brevets, ses marques de commerce et sa propriété intellectuelle; ni sur ses forces armées et ses alliances militaires. Sans parler de compétences incomplètes et partagées sur l'agriculture, l'environnement et la recherche. Et, bien sûr, il ne pourra pas faire entendre sa voix dans les nombreux forums internationaux où se discutent de plus en plus de sujets qui affectent ses intérêts.

Devenir souverain, c’est l'aboutissement d'un long périple. C’est le couronnement de quatre siècles d'efforts, de persistance et de développement par une centaine de générations de Québécoises et de Québécois. C'est un témoignage de fidélité et de reconnaissance à nos ancêtres.

L'indépendance, comme la liberté dont elle l'expression politique sur le plan collectif, n'exige donc pas de justification extérieure. Elle n'a pas besoin de se présenter sous la forme d'un quelconque projet de société. Pensez au Général de Gaulle lançant aux Français son appel de Londres : avait-il besoin de justifier la France Libre par autre chose que la nécessité que la France retrouve sa liberté ? La liberté de la France était une fin en soi. L'indépendance de la France était la fin première. En 1776, l'indépendance des États-Unis était une fin en soi. En 1921, l'indépendance de l'Irlande était une fin en soi. En 1947, l'indépendance de l'Inde était une fin en soi. Et il en sera de même pour les 141 États qui, depuis 1945, se sont joints aux 51 membres fondateurs des Nations Unies. Être un pays reconnu souverain par les autres nations du monde, c'est une fin en soi.

C’est pourquoi je crois que la meilleure façon de convaincre les Québécoises et les Québécois de militer pour l'indépendance du Québec, c’est de leur dire : faisons-le pour nous-mêmes, pour être libres, pour être maitre chez nous.

Cela étant dit, il y a un certain nombre d'éléments fondamentaux sur lesquels les Québécois doivent faire un large consensus quant à la nature du pays qu'ils veulent se donner. Personnellement, j'en vois trois sur lesquels je voudrais dire un mot :

  • le Québec souverain sera un pays démocratique, fondé sur la règle de droit,
  • le Québec souverain sera un pays français, reconnaissant les droits et l'apport de ses nations autochtones et de sa minorité anglophone,
  • le Québec sera un pays dont la souveraineté sera acquise dans les règles et exercée en fonction des exigences économiques contemporaines.

Je ne crois pas qu’il y ait de difficulté à s'entendre entre Québécois sur le caractère démocratique d'un Québec souverain. Notre démocratie n'est pas parfaite, loin de là, mais les progrès que nous avons faits à cet égard ne seront certes pas remis en question par la souveraineté. Par ailleurs, je crois qu'au début, il serait sage de conserver, dans une constitution provisoire, les institutions démocratiques que nous avons et que nous connaissons bien, sans essayer de les changer en même temps que nous faisons l'indépendance. La remise en cause, par exemple, du mode de scrutin ou du régime parlementaire demandera des analyses et un débat public qu'il vaudrait mieux tenir dans le cadre de l'adoption d’une constitution définitive. Évidemment, il faudra, dès le départ, remplacer la Reine par un Président.

Le caractère français du Québec souverain mérite quelques mots. Il va de soi que le français sera la seule langue officielle du Québec, de son Parlement, de ses lois, de ses tribunaux et de ses institutions publiques. Cela garantira enfin notre sécurité identitaire. Mais à l'intérieur de cette exclusivité, il faut accepter de faire une place pour la reconnaissance des nations autochtones qui habitent le territoire depuis plus longtemps que nous, et celle de la minorité anglophone qui a contribué à plusieurs traits de notre identité québécoise et qui tient à conserver son identité propre.

La présence parmi nous de onze nations autochtones, dont plusieurs ont conservé leur langue et leurs coutumes, et d'une minorité anglophone de plus d'un million de personnes ayant ses propres institutions, est un enrichissement dont nous devons nous réjouir et qu'il nous faut protéger. Le Québec est plus riche de sa diversité. Dans le monde d'aujourd’hui, c'est un atout inestimable qu'il nous sera heureusement plus facile de reconnaitre quand nous serons souverainement français.

Enfin, je voudrais dire un mot de l'exercice de la souveraineté dans le contexte d'aujourd’hui. La souveraineté des États, telle que définie par Bodin au 16e siècle, a un caractère absolu : on est souverain complètement ou on ne l'est pas du tout. Dans la vie des États, cependant, la réalité a toujours été plus complexe et, de nos jours, les États souverains sont de plus en plus enclins à partager leur souveraineté dans le cadre d'alliances économiques, voire même politiques. La souveraineté, aujourd'hui, est moins un moyen de s'isoler que de se rapprocher. Les États qui s'isolent, comme la Corée du Nord ou la Birmanie, sont l'exception plutôt que la règle.

Si le Québec veut être de son siècle, il doit exercer sa souveraineté non pas pour s'isoler mais pour se rapprocher de ses voisins et des autres pays. Cela veut dire que le Québec cherchera à conserver son union commerciale et monétaire avec le Canada et ses relations de libre échange avec les États-Unis et le Mexique. D'ailleurs, les Québécois n'ont jamais envisagé d'avoir des douanes à franchir pour aller en Ontario ou au Nouveau-Brunswick ou d'échanger leurs dollars canadiens contre des dollars québécois. Heureusement, il est tout à fait possible de nos jours d'être souverain sans cela.

Le Québec doit également accepter les règles internationales qui régissent l'accession d’un pays à la souveraineté. Ce n'est pas parce qu'un pays déclare son indépendance qu'il est automatiquement accepté comme un pays souverain par la communauté internationale. Au contraire, il y a des règles à suivre. Ainsi, il ne suffirait pas que le Québec déclare son indépendance pour recevoir la reconnaissance des autres États, être accepté par la communauté internationale et devenir membre de l'Organisation des Nations Unies. La reconnaissance du Québec par les autres pays relève de chacun d'entre eux et chaque pays demeure entièrement libre de décider s'il reconnaîtra ou non le Québec comme pays souverain. Quant à l'ONU, il n’y a aucun cas d'admission d'un pays sécessionniste sans l'accord du pays d'origine.

En conséquence, si le Québec veut conserver son union commerciale et monétaire avec le Canada, recevoir la reconnaissance des autres nations et faire son entrée aux Nations Unies, il doit accepter que son accession à l'indépendance se fasse à la suite de négociations avec le Canada. C'est d'ailleurs ce qui a été proposé aux Québécois lors du référendum de 1995. Il n'y a pas lieu remettre en question cette façon de faire. Surtout qu'en vertu de la décision de la Cour suprême, le Canada a l'obligation constitutionnelle de négocier de bonne foi et qu'une telle négociation est clairement dans l'intérêt des deux parties et sera fortement souhaitée par les autres pays, à commencer par les États-Unis et la France.

En résumé, on ne doit pas vendre l'indépendance comme on vend un programme électoral. Il vaut mieux inciter les Québécoises et les Québécois à choisir l'indépendance afin de s'affirmer comme nation libre et se donner un pays bien à eux. Un pays démocratique fondé sur la règle de droit, un pays français mais fier de sa diversité, un pays dont l'accession à l'indépendance se fera dans l'ordre en suivant les règles internationales et en préservant ses relations économiques actuelles avec ses voisins nord américains.

Inscrivez-vous pour réagir à ce texte!
nom d'utilisateur: mot de passe:
Cliquez ici pour vous inscrire sur le site

Paul-Andr?© Desjardins, 62 ans, Qu?©bec
Date: 2009-06-08 à 15:53

Très beau texte et très solide argumentation, comme toujours, difficile à contester. Cependant, au sujet des générations, le généalogiste amateur que je suis est habitué de compter 3 ou 4 ou 5 générations par siècle, disons 4. Nos 400 ans auraient donc vu passer environ 16 générations.

RÉPONSE DE LOUIS BERNARD
Date: 2009-06-09 à 14:28

'M. Desjardins, vous avez parfaitement raison. C'est une erreur bête de ma part. Je voulais diviser 400 par 25, mais j'ai divisé par 4 ! Merci de la correction.'

Bernard Desgagn?©, 49 ans, Gatineau
Date: 2009-06-09 à 15:27

En réalité, il n'y a pas «plus d'un million» d'anglophones au Québec. Même en tenant compte du sous-dénombrement, comme l'a fait dernièrement Charles Castonguay, le Québec comptait en 2006 808 700 personnes qui parlaient anglais au foyer. Si l'on tient compte seulement des personnes dont la langue maternelle est l'anglais, on arrive à 575 555 personnes (cette fois, sans tenir compte du sous-dénombrement).

Bernard Desgagn?©, 49 ans, Gatineau
Date: 2009-06-09 à 15:28

Je souscris presque entièrement à cet excellent article. L'indépendance et la liberté sont des fins en elles-mêmes. Ne marchandons pas notre adhésion à ces objectifs fondamentaux contre l'acceptation de certains éléments de programme politique.

J'entendais l'autre jour François David dire à la radio que la souveraineté ne servirait à rien si c'était pour reproduire le même modèle de société. Autrement dit, nous dit-elle, il faut adopter la vision de son parti politique et après, on reparlera d'indépendance. Voilà ce que j'appelle du marchandage. Pire encore, c'est du chantage.

Marqués par l'immobilisme constitutionnel canadien, les Québécois envisagent la Constitution de l'an 1 d'un Québec souverain comme une oeuvre éternelle, un peu comme la Constitution canadienne, qui s'accompagne d'une formule d'amendement rigide. Or, dans un Québec indépendant, nous aurons les moyens de faire évoluer notre Constitution sans demander la permission de l'Île-du-Prince-Édouard. Nous pourrons faire comme la France, qui a adopté de nombreuses Constitutions depuis 1789.

Il est inutile d'en faire une maladie et de s'imaginer qu'au lendemain de la déclaration d'indépendance du Québec, tout sera coulé dans le béton pour des siècles et des siècles et que, dans un siècle et demi, nous serons condamnés à vivre encore avec des conventions qui seront peut-être alors dépassées, un peu comme le Canada semble condamné à demeurer tel qu'il a été créé en 1867 (quoique, dans les faits, la jurisprudence de la Cour suprême et les coups de force ont travesti l'esprit de 1867, sans permettre cependant une remise en question fondamentale par le peuple, au moyen de processus politiques et démocratiques).

, ans,
Date: 2009-06-10 à 15:24

Suis entièrement d'accord que l'indépendance est une fin en soi dont la promotion et l'explication ne doivent pas être confondus avec des projets de société, tout nobles qu'ils soient. Seulement une suggestion: pourquoi ne pas parler immédiatement de constituer une république et un régime républicain, ce qui aurait l'avantage de rendre plus concrète l'idée d'indépendance dans un cadre démocratique, par rapport au système de type colonial britannique actuel, et les similitudes avec d'autres pays,comme la République Indienne ou d'Irlande. Bien entendu, il ne s'agit pas d'entrer pour le moment dans les discussions sur le type de régime constitutionnel à venir (présidentiel, etc.)...

RÉPONSE DE LOUIS BERNARD
Date: 2009-06-11 à 22:40

M. Desgagné
Je crois que vous minimisez l'effet de la souveraineté sur la place du français au Québec. Ce qui est actuellement une menace deviendra un atout. Dans tous les pays, l'immigrant s'efforce de s'intégrer à la majorité. La pression sociale va dans ce sens, ce qui n'est pas le cas actuellement. Et si des mesures additionnelles s'imposent, nous aurons tous les pouvoirs pour les mettre en place.

M. Blondeau,
Ce ne serait pas une mauvaise idée de parler de la future République du Québec pour souligner que nous en aurons fini avec la Couronne britannique.

G?©rald Bouchard, 57 ans, Sorel-Tracy
Date: 2009-06-19 à 0:46

L’indépendance est un fin soi !
Aujourd’hui ce n’est plus vraiment le caractère véridique et nécessaire pour en arrivé à créé un peuple autonome.
On a besoin de cette interdépendance entre les générations. De nos jours les systèmes de soutiens économique intergénérationnel sont défaillants pour ne pas dire inexistant, la cupidité du pouvoir gouvernemental de créé à tout prix de la richesse en béton que pour les grandes corporations est tous simplement indécents sous prétexte de créé des emplois sans garantis d’enrichissements collectifs des travailleurs et travailleuse.
Les preuves sont faite un pays se bâtis sur la richesse des ces travailleurs sur la qualité de vie des citoyens de ces retraités, sur la qualité d’un système de santé pour tous, sur la qualité de ces fonds de pensions garantis, et inviolable pour ces ainées et travailleurs, d’un véritable système social d’éducation inclusif des plus démunis et des malades, de la redistribution équitable de cette richesse créé par le peuple et que pour le peuple de cette interdépendance patrimonial pourrais naitre un pays confiant et fièrement heureux de d’épandre d’un véritable soutien et considération de sa collectivité présentement on n'appui que les grandes corporation capitaliste sous prétexte de compétitives international .
Or la preuve est belle et bien faite tout ces critère qui a mon humbles avis sont une fin en sois, ont été bafoué, frauder, usurpé, anéantis, invalidé, subtiliser, ect.
Un peuple qui perd confiance ne croit plus en un pays.
En fin de compte le respect mutuelle des générations le respect la générosité l’assistance le partage vraiment Juste sont les seuls vrais raison de l’existence d’un pays d’un peuple d’une nation.


Donnons la parole aux membres
18 juin 2014

L'avenir du Parti Québécois
11 avril 2014

M. Drainville, visez juste !
17 novembre 2012

Le Canada en état de profonde transformation
03 juillet 2012

Une solution honorable
21 avril 2012

Le jour où le Canada s'est fractionné
12 avril 2012

Décès de Maryse Melançon-Bernard
19 mars 2012

Une quasi-gratuité à préserver
06 mars 2012

La question nationale reste au coeur du débat politique
20 février 2012

Démocratie à la canadienne
24 mai 2011

La mort subite
03 mai 2011

L'illusion du changement
28 avril 2011

Pourquoi pas une carte électorale permanente ?
17 mars 2011

D'abord, un Québec français!
09 février 2011

Des passerelles dangereuses
10 septembre 2010

Parlons de l'essentiel
26 juillet 2010

La laïcité de l'État et croyances religieuses
21 mars 2010

L'importance du « soi collectif »
14 février 2010

À la défense de Kahnawake
07 février 2010

Une souveraineté bien réelle !
08 juillet 2009

L'indépendance est une fin en soi !
06 juin 2009

La résurgence du politique
08 mai 2009

Quand la fin justifie les moyens
15 janvier 2009

Mes meilleurs voeux!
24 décembre 2008

Quelle sera la « prochaine marche » ?
10 décembre 2008

Des élections drôlement utiles !
09 décembre 2008

La prérogative royale, qu'en est-il?
01 décembre 2008

Hommage à monsieur Jacques Parizeau
18 octobre 2008

Un nouveau mur de Berlin qui s'écroule
01 octobre 2008

La vraie leçon du Kosovo
06 mars 2008

Les gestes de souveraineté, rien de nouveau!
17 janvier 2008

Mémoire de monsieur Louis Bernard
26 novembre 2007

Le danger de faire comme si...
26 novembre 2007

Pourquoi le Québec libre?
21 août 2007

L'état de la nation
21 juin 2007

Un repositionnement électoralement rentable
16 avril 2007

Le pays à bâtir
06 avril 2007

Pour un PQ souverainiste
02 avril 2007

Il n'y a pas de quoi fêter
14 février 2007

Plaidoyer pour une commission d'enquête
06 février 2007

Voilà qui nous sommes !
27 décembre 2006

Mais oui, la Terre est ronde !
01 novembre 2006

Nous voudrons parler pour nous-mêmes
14 septembre 2006

La douleur d'être sans voix
21 août 2006

Les raisons d'un dialogue de sourds
06 juillet 2006

C'est le temps d'un examen de conscience et d'une action commune
29 juin 2006

Pour que ça marche vraiment !
17 mai 2006

L'Indépendance et la Révolution Tranquille
04 mai 2006

Pour éviter la mauvaise gestion et favoriser la bonne
09 février 2006

De 1984 à 2006, quelle différence!
25 janvier 2006

La vraie nature du déséquilibre fiscal
03 janvier 2006

DLMMJVS




(archives)
X